Injures moijeuses

Comme vous avez pu le constater à la lecture du Tome 1, les jeunes Moijeux sont très vulgaires et s'insultent souvent les uns les autres. Voici justement quelques injures couramment employées...

Perroq : nom ou adjectif. C'est l'injure moijeuse la plus courante et la plus « gentille ». Presque amicale, elle s'utilise à tout bout de champ. En gros, chez les Moijeux tout est « perroq » ! Le mot vient bien sûr du « perroquet », c'est-à-dire de celui qui est capable de réciter quelque chose sans même le comprendre. Apparu dès le milieu du 21ème siècle, il évolue cependant rapidement et change de sens. Ce qui est « perroq » est alors ce qui est nul, de peu de valeur. Puis, au 22ème siècle, les jeunes Moijeux l'adoptent pour se désigner eux-mêmes entre amis. C'est ainsi que, selon des études récentes menées dans la cité moléculaire de Padaguir, on estime qu'un Moijeu de moins de quatorze ans prononce le mot «perroq » en moyenne 156 fois par jour !

Morvak : peut s'utiliser comme nom, adjectif ou adverbe. Cette injure est nettement moins sympathique que le « perroq » et exprime en plus un certain dégoût. Exemple : « Les cours d'énergie volcanique, c'est morvak ! » Inutile de traduire, ce ne serait pas joli...

Nombril de batch : on ose à peine en parler, tant cette injure est grave dans le monde moijeux. Mais le Tome 1 de SERIE 23 vous a déjà tout dit à propos de cette expression, inutile de s'attarder !

Un porrix : ce nom commun est une insulte très grave qui cherche à humilier son interlocuteur, lui attribuant une multitude de défauts, parmi lesquels figurent la bêtise, la lâcheté et le manque de virilité pour un homme. Ce mot est une dérive de l'adjectif « pourri » qui, désignant simplement au départ un fruit trop mûr et immangeable, est devenu péjoratif au vingtième siècle. Tombé en désuétude après Dark Yeard, le mot a été redécouvert au milieu du 23ème siècle pour être adopté par les jeunes Moijeux qui l'ont déformé en « porrix », plus percutant.

La takole : abréviation péjorative d'un « Takolen », cette expression est évidemment une insulte dans la bouche des Moijeux ! « Eh la takole » est donc une façon humiliante de désigner un garçon en l'accusant d'être à la fois ignare, barbare, lâche et efféminé.